Quelque chose à faire en ce monde pour y naître vraiment

Par Thomas Marcilly|janvier 20, 2018|Lettres

Lettre du mois de janvier 2018

 

Il y a quelque chose à faire dans le monde pour y naître vraiment. Shmuel Trigano - sociologue & philosophe

 

👨 Bonjour à vous,

 

Pour introduire cette lettre, je partage cette citation phare reprise par mon amie et psychanalyste Carole Bertrand. Je m'associe complètement l'expérience d'une naissance à nous-mêmes qu'il est nécessaire de nous offrir.

La voie de la contemplation au travers du yoga et de la pratique méditative m'a ouvert grand les yeux sur le mouvement juste à déposer sur le chemin. Au fil des années, mes choix sont devenus plus incarnés tout en laissant la splendeur de l'âme jouer de son mystère imprévu. Contempler nos couleurs intérieures pour mieux agir en quelque sorte... c'est une équation qui vous fait sens aussi ? Lorsque nous nous reconnaissons comme l'alliance symbolique d'un féminin accueillant et d'un masculin agissant en nous, c'est reconnaître les qualités mutuelles à faire danser dans notre vie.

2017 a inscrit en chacune et chacun le champ du 1, le chant des possibles de l'être. Il a ainsi été beaucoup question de saisir notre responsabilité et notre engagement à nous prendre en main.

2018 nous ouvre la porte du 1 qui regarde l'autre 1. Le champ où l'autre apparait nous parle d'une oeuvre à écrire... à 2 ! 💕 Là voilà la relation, nous sommes au coeur de ce travail. Mais comment un peu mieux faire lorsque l'autre est en souffrance ? Je souhaite ainsi questionner avec vous, la position de l'autre dans notre paysage intérieur.

Sommes-nous prêts à libérer les vieilles représentations de l'autre en nous ?

Sommes-nous prêts à lui donner la responsabilité de son pouvoir de naître à lui-même ?

Sommes-nous prêts à accueillir sa souffrance depuis un lieu de la compassion véritable ? 

Ces questionnements me semblent essentiels et je reconnais qu'il y a quelque chose en moi à faire dans le monde afin que l'autre puisse y naître vraiment. Quelle découverte aussi !

Lorsqu'un ami souffre d'une relation compliquée, lorsqu'un membre de ma famille est en souffrance dans le corps, lorsqu'un collègue de travail souffre de la perte d'un de ses parents... où suis-je à l'endroit de l'accueillir ? Si je l'accueille depuis mes certitudes de qui cette personne est, selon moi et une certaine forme d'expérience... est-ce que je lui donne la possibilité de naître à elle-même depuis le lieu de sa souffrance ?

Nous traînons un comportement complexe vis-à-vis de la souffrance. Nous avons appris à souffrir avec, à exister avec, à en faire un lieu de reconnaissance mutuel. Nous louons fidélité à la souffrance parfois.

En qualité de thérapeute, j'ai bien évidemment questionné et investigue toujours le lieu de ma posture. Et il m'a été tout à fait précieux d'étudier de très prêt comment la souffrance de l'autre pouvait être un lieu de compassion, de pouvoir, de sauvetage ou de curiosité pour moi.

Je nous invite ainsi à reprendre confiance... en l'autre. Nous voudrions tant lui coller des étiquettes, lui administrer notre propre analyse de la réalité pour l'enfermer pour notre plus grande justesse dans des petites boites à ranger... afin que notre petit monde puisse rester sans différence, sans souffrance. Mais l'amour a une vision bien plus amoureuse ! 👀

Suis-je plus attaché à l'expérience que je souffre avec l'autre, que de faire l'expérience d'être en soutien.

Suis-je plus attaché à ce qui souffre en moi lorsque l'autre souffre, plutôt que d'être réellement dans mon pouvoir compatissant ?

Ce que nous déposons en ce lieu où nous sommes avec l'autre me semble essentiel. Bénir de notre présence l'autre, en lui faisant le cadeau compatissant de notre confiance. Et cela débute pour moi par une méditation intérieure, de nous à nous :

J'ai pleinement confiance en ton pouvoir d'autoguérison. Et je reconnais qu'il y a quelque à faire en moi dans ce monde, pour que tu puisses y naître vraiment.

 

Nous aurons de belles occasions d'évoquer le sujet puissant de la relation. L'occasion de cette lettre est de reconnaître tout ce qu'il y a encore à faire en moi pour naître en ce monde, pour vous laisser naître dans le vôtre. L'occasion de cette lettre pour sentir les épices de nos prochaines rencontres ici et là... ​​​​💖

 

Thomas

Partager cet article:

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.