La confusion

Par Thomas Marcilly|septembre 11, 2015|Lettres

Je me réjouis de poursuivre le lien avec vous à l'occasion de cette nouvelle rentrée. C'est tout le collectif qui est dans cette énergie d'un nouveau cycle et c'est en ce sens que je considère toujours le mois de septembre comme un véritable portail. C'est aussi un moment où nous sortons de l'énergie de l'été, qui depuis début août se propose dans une énergie aux couleurs de l'automne selon la médecine chinoise. Nos corps se préparent ainsi à entrer davantage en eux pour mieux s'accueillir et s'ouvrir à une expansion nouvelle en 2016... 

Je vous retrouve en cette rentrée de septembre 2015, avec ce que je suis, en rencontrant ce que vous êtes. Et j'honore cela. Nous sommes chacun en chemin. 

Être en chemin, nous en parlons justement dans une nouvelle rencontre avec Carole Bertrand. Il y a un an, je débutais un cycle d'interviews pour ajouter un format nouveau de rencontrer sur le blog. Et je vous offre avec joie la possibilité de suivre une deuxième saison. 

Ainsi est le mouvement de la vie, de tout chose, de cette grande spiritualité rythmée par les lois de la Nature. 

Ainsi nous avons ce choix de respecter ces rythmes biologiques dont nous ne pouvons pas nous dissocier par essence. 

Et il y a ce manteau aux airs d'une vieille matrice que nous sommes aussi en train de quitter également. Mouvements massifs, éclats de colères, instant de confusion et de grande peur... le nouveau NOUS s'ouvre dans notre humanité intime ou extérieure. Rien de ce que le monde ne vivra à l'extérieur ne se passera pas également en nous. Le voyage est agité mais il est vivant ! 

Nous allons assister dans les prochains mois à des dévoilements massifs, à des éclairages soudains. Nous en serons les témoins et acteurs. 

 

Nous sommes dans les yeux de l'autre, ce qu'il souhaite et attend que nous soyons. Et ainsi, l'autre est en nous, ce que nous souhaitons qu'il soit. 

Ainsi est le vent des relations et le pardon nous permet de nous libérer de ces projections que nous avons sur chacun et qui régissent pourtant notre vie et notre manière de considérer le monde. 

L'humanité est guidée vers ce souffle où nos journées ne se comparerons plus à comment l'autre nous perçoit ou comment respecter une image erronée mais confortable pour rester dans l'ancien et satisfaire les jugements du voisin. 

Notre humanité intérieure est en pleine confusion : là où nous avions toujours la possibilité d'oeuvrer dans l'ancien il y a encore quelques mois... il semble que cela n'apporte plus aucun matelas de confort maintenant. Le nouveau ne peut s'accueillir que dans le grand saut vers l'inconnu qui tout en étant un chemin de libération et de travail sur soi, apporte au moins le souffle d'un tableau à peindre et à décorer. 

De ce que je rencontre à petite ou plus grande échelle, cette prise de température annonce donc un passage certain vers l'inconnu. Et il n'y a rien qui ne nous fera couper de ce que nous sommes dans notre microcosme intime. Nous gravitons sur des plans de consciences ou l'éveil à notre connaissance véritable est et ne fera plus marche arrière. Et cela passe par des évolutions massives sur un plan planétaire... nous sommes UNIS, même dans la confusion du passage de l'ancien au nouveau. 

L'auto-jugement est le point de départ de toutes les guerres en nous. Ce qui ne s'aime pas tente de se réparer à l'extérieur. Nous rencontrons essentiellement ce qui ne veut pas dialoguer en nous et donc ne veut pas communier avec l'autre et nous pouvons vivre autant d'explosions de saveurs délicieuses en une journée que de tsunamis libérateurs et conflits avec nos proches. 

Nous accueillons des évènements sur Terre à l'image de ce qui est en train de migrer en nous vers plus d'amour, plus de lien. Nous nous retrouvons face à des choix collectifs pour s'accueillir entre nous. 

Notre potentiel créateur est confronté à l'expérience de ce qui doit être libéré. Ainsi, nous connaissons pour beaucoup la responsabilité que nous avons sur notre vie, cette ressource d'être créateur de nos intentions. Mais nos quotidiens sont parsemés de tout ce qui est empêché, tout ce qui fait barrière, pour la simple et bonne raison que tout cela se doit d'être transformé ici et maintenant. Le voyage est agité mais il est vivant ! 😉 

 

A la vitesse dans laquelle nous sommes embarqués, rencontrer la confusion et le doute sur ce chemin me semble complètement naturel, pour ne pas dire évident. Se sont nos croyances, nos jugements, nos projections, nos peurs, ce que nous accueillons ou non, qui viennent classer en nous, nos relations et faire de notre journée un enfer ou un paradis. Ni plus, ni moins. 

Remarquez-vous comme nos relations avec les autres sont fortement sollicitées ? Comment notre relation à la matière, notre relation à notre lieu de vie se découvrent nouvellement ? 

La confusion nous enseigne qu'il est nécessaire d'abandonner et de laisser la place pour que l'énergie se manifeste. Et cela nous confronte à l'autre, à embrasser le changement, à calibrer nos désirs et fantasmes les plus intimes sur les expériences que nous sommes venues chercher dans nos incarnation. 

Oui, le voyage est agité mais il est vivant ! Il nous demande de tisser encore et encore du lien. Entre nos réalités, nos aspects intérieurs, tout ce qui se vit, de plus merveilleux au sordide en nous. 



Et pourtant, dans ce voyage, lorsque j'expérimente le retour en moi, je touche à chaque fois une immensité amoureuse, ou une complexité qui oeuvre au-delà de ce que je peux comprendre ou saisir. C'est le regard que je vais porter sur ce que je vis, la façon dont je vais laisser émerger ce qui est à l'instant, qui me donne un goût de joie ou de frustration. 

Nous évoluons chacun et chacune dans une immensité qui nous est propre. Nous avons pourtant la responsabilité de faire que cette immensité prenne racine sur un sol humain, aimant, en lien. Et nous passerons par toutes les étapes qui nous coupent de ce lien pour les expérimenter, les comprendre et les transformer. 

Même dans la confusion, même dans l'agitation, le voyage est vivant. 

Par cette lettre régulière, c'est un très grand cercle d'amour que nous créons. Et je suis honoré de ce que vous me permettez de transmettre à chaque instant. 

De tout coeur, 


Thomas 

Partager cet article:

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.