Spiritualité : conscience et cocréation

Par Thomas Marcilly|novembre 19, 2014|Lettres

(nouvelle publication de ce post publié la première fois le 6/12/2012)
 
 

"C'est toujours un challenge que d'ancrer la spiritualité dans le monde matériel, mais c'est un des seuls moyens par lesquels nous pouvons connecter à nouveau les Hommes à la Terre et leurs valeurs propres." (Sobonfu Somé)

 
 
 
Une définition de la spiritualité ? Certainement celle qui laisse page blanche, ou à la rigueur, se contente d'un seul et unique mot : la conscience. L'intellect n'a pas sa place dans notre légende personnelle et notre mission d'âme n'est pas guidée par nos croyances erronées et pleines d'illusions. Notre job préparatoire en tant qu'humain est seulement de transmuter peurs et conditionnements : notre capacité à se détacher de tout cela pour trouver sa place dans un.. tout.
 
Un Être éveillé est invité à l'observation, au recul, à se laisser habiter par le maintenant, le moment présent. Bien au delà des conceptions "68tardes", ouvrir sa conscience aujourd'hui oblige l'Homme à travailler sa connexion avec un tout : un équilibre intérieur entre Grand Mère Terre et Grand Père Ciel. L’interaction est totale et l'acte ou la pensée sont tous deux des vibrations qui nous relient à un Univers. 
 
Je pense donc je suis... la cocréation n'a aucune limite et elle engage notre pleine responsabilité dans ce qui nous entoure, nous revient.
 
Je pardonne mes erreurs et demande pardon. Quel soulagement que de s'avouer pleinement ses fautes et erreurs de parcours, qui ne se sont présentées que pour nous apporter leurs enseignements. Mon Être se libère donc et présente à l'Univers qui JE SUIS. Je m'abandonne à la vie, à la Source, je manifeste ma confiance en toute chose, et j'honore mon parcours. Au delà de toute conception religieuse, de toute croyance lettrée dans un livre, et bien au delà de ce que vous lisez maintenant : la spiritualité est ce que vous faites de cette conscience qui s'anime en vous.
 
Qu'avez-vous fait pour votre Être aujourd'hui ? De mon côté, j'ai souri à l'étranger qui croisait mon chemin et  je me suis laissé surprendre par ce chauffeur de bus qui laissa passer devant lui cet homme aveugle sur le passage piéton. J'ai mangé avec conscience les couleurs que m'offraient la nature jusque dans mon assiette, et j'ai aussi découvert une nouvelle taxe venue investir ma boite aux lettres. 
 
Et j'ai remercié tout cela, car même les réalités administratives sont ses vérités illusoires qui ancrent mes énergies nouvelles dans le quotidien.. Élever des chèvres en pleine vallée sacrée péruvienne m'aurait certainement fait grâce de telles formalités (quoi que), mais l'idée du challenge de répondre pleinement à ma mission d'âme m'invite à élever les peurs dans la conscience et à rassembler les forces de chacun.
 
Chacune de mes relations aujourd'hui, m'invite à toujours plus de profondeur, d'honnêteté. En acceptant aussi de confier toutes mes peurs à l'Univers et de vivre cette première rentrée dans l'auto-entreprise de mes espoirs et croyances, c'est un quotidien qui m'exige à plus de subtilité et de lâcher prise. Je rencontre les vieilles âmes connues et je vais contre les liaisons dangereuses qui ne sont que des brides de karma encore à nettoyer. J'intègre dans le silence à l'écoute de mon âme, puis je vais et je viens dialoguer avec les coeurs environnant.
 
Et quand la peur de manquer d'un futur prospère se faufile jusque sous mon oreiller, je décide de ne croire qu'en l'abondance d'une vie abondante. J'invite la peur à prendre place dans mon salon, et nous discutons ensemble autour d'un thé. Se rendant compte qu'elle n'a plus rien à me vendre, elle tire sa révérence et se transforme alors en énergie de l'action. Aussitôt, le lendemain matin, je peux voir cette action me porter ses fruits et je peux ainsi chanter ma gratitude à l'Univers...
 
 
Blue Mountains - Australie - 2009
 
 
Les graines de patience plantées dans mes épopées autour du monde, m'offrent aujourd'hui leurs pousses pleines de vitamines. Je ne suis le Sage que dans mes illusions, et ma réalité du moment présent se suffit à elle seule dans sa profondeur. Ma capacité d'être humain me permet par la suite d'ajuster dans le temps, de décider et de cocrééer ce qu'il se passe dans la matière, dans ma matière, seul et avec l'autre. Et tel un jardinier, j'ai énormément de gratitude et de bonheur à voir fleurir les idées semées parfois seul. 
 

"Ma sagesse est de ne pas être sage et d'être assez fou pour croire en ce que l'autre s'abstient."

 
Quand j'ai décidé il y a 4 ans de ne vivre qu'au travers de la guérison de mon âme et ainsi celle des autres par rayonnement, j'ai accueillis ma force d'Être qui frappait à ma porte depuis cette nouvelle incarnation. L'adolescence initiatique m'a conduit vers le corps bien trop étroit et fragile pour que je puisse avoir la capacité de m'exprimer. Mon âme se préparait à me faire entrer sur l'autoroute de l'éveil de soi... 
 
J'ai appris qu'il ne s'agissait par la suite pas d'argumenter pour justifier de mes choix et que ceux-ci se refléteraient au delà de moi, quand ils seront pleinement intégrés. Pour reprendre un autre terme de Paolo Coelho, je suis un Guerrier de Lumière parmi tant d'autres. Mes choix de vie répondent d'un égoïsme altruiste, d'un altruisme égoïste.  Et même si la cours de jeux est infinie, je décide de jouer grand et de croire en chacune de mes actions.
 
Mes épopées intérieures dans d'autres cultures ont intégré leur pleine puissance et leurs enjeux véritables progressivement. Je mesure maintenant la beauté de se retrouver en soi, et de cette importance qui décide de notre positionnement dans l'Univers : j'attire et je rassemble autour de mon identité. Car ce qui m'a intéressé à l'autre dans son parcours, intéresse celui qui vient à moi, dans le mien. 
 
 
Jaisalmer - Inde - 2011
 
 
Il y a quelques semaines, j'ai participé à une action solidaire avec quelques âmes de coeur, dans un foyer de sans-abris. Yeux curieux, peurs humaines et âmes enjouées, mon bonheur a été immense que d'accompagner les écorchés de la vie que nous sommes tous au final, dans un moment de légèreté et de retour à soi. Même si le temps se fait toujours trop court, je sais que leurs corps ont imprimé ces moments d'échanges, et que nous sommes tous repartis avec de la solidarité généreuse échangée.
 
Ce mois de décembre nous implique dans une fin de cycle. Fin d'année, fin de calendrier... notre réalité doit avant tout être dans la croyance d'un retour à soi et vers l'autre. The Yogi Wanderer déploie ses ailes plume par plume et je vous inviterai bientôt à de nouveaux partages, dans la fédération d'énergies.
 

"Acceptons d'être extraordinaire ! Alors, qu'allez vous faire pour votre Être aujourd'hui ? La seule erreur est de ne pas se croire intelligent, beau, unique, créateur et artisan de notre quotidien. Alors je  copie une phrase que je viens tout juste de recevoir : osez exister !"

 
 
 
Barriloche - Argentine - 2010
 
 
Partager cet article:

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.