Le jour où…

Par Thomas Marcilly|septembre 30, 2013|Lettres

Désert de Thar - Inde 2011

 

J’ai essayé de me fuir autour du Monde en me rencontrant dans chaque regard anonyme.
 
J’ai essayé de me re-trouver en altitude, sans comprendre qu’il fallait me trouver dans le nouveau et en dessous des nuages.
 
C’est alors que,
 
Le jour où j’ai véritablement marché sur les sentiers de  ma vie,
Sans vouloir que cela ne soit parfait mais juste en résonance avec mon cœur,
Je me suis rendu compte qu’il faisait bon de respirer jusque dans mes deux pieds.
 
J’ai commencé à apprendre de moi et à recevoir des autres.
J’ai commencé à éplucher qui j’étais pour nourrir l’inconnu.
J’ai vécu dans le corps ce qu’était le lâcher-prise.
 
Le jour où j’ai véritablement aimé,
Je me suis remis en question totalement.
Dans la façon de me voir,
Dans la façon de voir l’autre.
Oui, je n’avais jamais regardé l’autre.
Oui, le jugement est dans le cœur des Hommes.
 
C’est donc en me fuyant, que je me suis trouvé,
C’est quand je me suis trouvé que je t’ai rencontré.
Amour, Vie, Corps et Vérité,
Un manteau bien confortable quand on est nu, donc les poches sont remplies de cette essence.
 

Désert de Thar - Inde 2011

 

Le jour où je me suis accordé le véritable respect,

J’ai compris que cela accordait bien plus de respect à autrui.
 
Le jour où j’ai été le plus fragile,
J’ai accueilli mes peurs dans les propos de l’autre,
Jusqu’à ce que je me sente suffisamment aimé, suffisamment vivant,
Pour aimer l’autre dans le miroir de mes peurs.
 
Le jour où je me suis véritablement écouté,
Est celui où j’ai laissé le plus de chose sur ma route.
Lorsque je me suis dévêtu du plus de couches,
Lorsque je me suis révélé le plus véritablement à moi-même.
Et c’est ainsi que la vie me propose encore d’avancer...
 
Et parce qu’il me reste tant à apprendre,
Et parce que tout ce que je sais c’est que je ne sais rien,
Et parce que tout ce que je ressens est ainsi,
Et parce que tout ce que je tends à être c’est de mon moi profond à vous.
 
Toutes mes erreurs commises seront des expériences qu’il me sera possible d’enseigner.
Toutes mes grandes réussites seront mes preuves d’être vivant.
 
Bienvenue à toutes les expériences justes et bonnes pour moi,
Emmenez-moi au bout de la Terre ou au pays des Merveilles sont les notes de ma vie.
 
J’invoque  le simple vœu d’être à jamais sur le chemin de mon éveil, aisé, élégant, amoureux, riche et généreux.
 
Sur mes beaux chemins bien ancrés de l’errance.
 
 
Ceci est ma vérité... 
Arrêtez-moi si je vous l’impose,
Ecoutez-moi si je la partage :
Celle d’être totalement responsable,
Celle d’assumer totalement qui je suis,
Je suis créateur à 100 % de l’instant dans ma façon d’être et de penser.
 
Excusez-moi de mettre tout cela au « je ».
Mais je crois que "je" est l’exemple que je connais le mieux.
J’ai essayé de trouver le "je" dans les livres, sans savoir que je trouvais le "il".
J’ai compris que "il", était juste cette main tendue vers le "je".
Mais tout est finalement plus compliqué avec des "on" !
 
J’espère que mon "il" vous permettra de trouver un peu plus votre "je", comme je l'ai fais en lisant l'autre.
 
Ceci est ma simple vérité,
Je ne sais rien,
Je ressens juste,
Je me pardonne et je m’honore,
Libre et envolé,

Le jour où je suis devenu un Homme singulier,

 
Sur mes beaux chemins bien vivants de l’errance...

 

 
 
Thomas Marcilly
 
 
New Delhi - Inde 2011
 
 
 
 
 

 
Partager cet article:

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.